19.8 conjunções aditivas

Les conjonctions subordonnées que nous avons vus jusqu'alors introduisent des propositions subordonnées qui ont une rélation temporelle, causale, modale, consecutive, conclusive, finale, conditionelle ou concessive avec les événements décrit dans la propositons principale. Les conjonctions additives n'établissent aucune rélation entre la proposition subordonnée et la proposition principale. En fait il n'y a même pas une proposition subordonnée, puisque il n'import pas du tout si on met la conjonction devant la première phrase ou devant la deuxième.

Le matin il va au travail et le soir à l'université.
Le soir il va à l'université et le matin au travail.
Soit il dort, soit il fait des bêtises.
Soit il fait des bêtises, soit il dort,
Il est aussi riche que avare.
Il est aussi avare que riche.


Puisque les conjonctions subordonnées etablissent une rélation entre les événements décrits dans la proposition principale et les événements décrit dans la proposition subordonnée on ne peut pas changer l'ordre sans modifiere la signification.

1) Il a faim, quoiqu'il ait déjà mangé.
2) Il a déjà mangé, quoiqu'il ait faim.

2) évidement ne veut rien dire.

Contrairement aux conjonctions que nous avons vu jusqu'à maintenant les conjonctions copulatives ou aditives peuvent lier aussi des adjectifs, "Elle est belle est intelligentes", sustantif, "Je n'aime ni le vine ni la bière", et adverbe "Il mange beaucoup et vite".

Il mange des pommes de terre et des nouilles.
Il n'a ni appartement, ni travail.





contact mentions légales déclaration de protection de données